4ème 1 – Année scolaire 2007-2008

Séquence 2 : caractériser le récit fantastique pour rédiger une nouvelle fantastique.

Objectif de la séance : différencier le récit merveilleux ou conte de fées, l’heroic fantasy et le fantastique à partir de l’analyse d’images fixes.

Image n°1 : La Naissance de Vénus de Botticelli [XVIè siècle] :

  1. A votre avis, qui est au centre du tableau ?

C’est Vénus qui est au centre du tableau. Elle est née de l’écume de la mer. Elle est la déesse de l’amour et de la beauté.

  1. A votre avis, que représentent les deux personnages à gauche de la jeune femme nue ?

Les deux personnages représentent le vent et l'amour. Celui qui souffle est Zéphyr, divinité du vent. Le personnage ailé est Eros ou Cupidon, le dieu de l'amour. Ce sont donc des allégories. Ils poussent Vénus vers le rivage, où l’allégorie du printemps se précipite pour la recouvrir d’un vêtement fleuri.

  1. Quelles sont les couleurs dominantes du tableau ?

Les couleurs dominantes du tableau sont le bleu, le vert et le blanc cassé. Le rouge est concentré dans le drap que tend l’allégorie du printemps vers la déesse de l’amour. Ce sont donc essentiellement des couleurs chaudes.

  1. Quel est le degré de lumière utilisé ?

Le degré de lumière utilisé est élevé. C’est un tableau très clair et très lumineux. Le peintre a réussi à donner l’impression que toute la lumière est concentré sur la déesse qui irradie ainsi le regard du spectateur.

  1. A quel moment de la journée se déroule la scène représentée ?

La scène se déroule certainement en fin de matinée ou dans l’après-midi, au moment où le soleil illumine le paysage.

  1. Quels sont les éléments de la nature qui sont représentés ?

Le peintre représente les éléments du vent, de la terre, de l’eau et de l’air. Tous les éléments sont donc convoqués au moment de la naissance de la déesse de l’amour et de la beauté. Tout se passe comme si la nature entière était conviée à cet événement. La mer, l’air et les arbres semblent frissonner face à la présence de la divinité.

  1. Décrivez le visage de la jeune femme nue.

Le visage de la déesse nue est à la fois souriant et mélancolique, ce qui la rend plus mystérieuse et plus fascinante encore.

  1. Quels sentiments vous suggère ce tableau ?

Les sentiments suggérés par ce tableau sont la sérénité et la paix de l’âme.

  1. Y a-t-il des éléments qui rappellent un univers familier et quotidien ?

Aucun élément ne rappelle l’univers familier et quotidien. La déesse, comme les allégories qui l’entourent, est une créature surnaturelle. Sa naissance est elle-même exceptionnelle et surnaturelle. On est dans un autre monde, celui des légendes de la mythologie gréco-latine.

  1. A votre avis, s’agit-il d’une image fantastique ? Pourquoi ?

Il ne s’agit nullement d’une image fantastique, car elle ne correspond à aucun des critères du genre. La lumière est intense, la scène lumineuse et claire, les sentiments suggérés sont l’apaisement et la sérénité, les couleurs utilisées sont plutôt chaudes, alors qu’une image fantastique se caractérise par une lumière sombre, une atmosphère lugubre et étrange, suscitant le doute, la peur et l’inquiétude. On est aux antipodes du fantastique. Il s’agit bien de la représentation d’un événement surnaturel, la naissance d’une déesse, mais cette image relève du merveilleux, du conte ou de la légende, et non du registre fantastique.

Images n° 2 et 3 : dessin de Raymond Gaustadnes et affiche du film Le Seigneur des Anneaux, Le retour du roi :

  1. Décrivez les personnages représentés.

Dans le dessin de Gaustadnes, un personnage ailé brandissant une épée lumineuse, possédant certainement le pouvoir de la foudre, est mis en scène. Ses yeux semblent illuminés par la foudre. Son corps est tatoué. Il possède des bottes et des vêtements déchirés autour de la taille. Il se situe au sommet d’une montagne.

L’affiche du film Le Seigneur des Anneaux représente plusieurs personnages. Au premier plan, un jeune homme tient une épée et brandit un anneau illuminé, probablement magique. Au second plan, une créature mystérieuse, semblable à un vieil elfe, sourit de manière démoniaque. Un autre jeune garçon semble accompagner le personnage du premier plan. Toujours au second plan, on aperçoit, comme sortant des nuages, une jeune femme très séduisante, probablement une princesse. La figure centrale de l’affiche est celle d’un chevalier, brandissant son épée de façon menaçante, comme s’il s’apprêtait à combattre. Son regard est dur et déterminé, sa pose épique et héroïque. En haut, à droite, un vieillard, semblable à un druide, tout de blanc vêtu, regarde l’horizon.

  1. A quelle époque font référence les vêtements et les armes représentés ?

Les vêtements et les armes représentés font référence au Moyen-Age.

  1. A quel être surnaturel vous fait penser le personnage du dessin de Raymond Gaustadnes ?

Le personnage ailé du dessin de Raymond Gaustadnes fait penser à un ange.

  1. A votre avis, qui est le vieillard dans l’affiche du film (en haut, à droite) ?

Le vieillard dans l’affiche du film est probablement un druide ou un magicien.

  1. Quel est l’objet lumineux tenu par le jeune garçon dans l’affiche du film ?

L’objet lumineux tenu par le jeune garçon dans l’affiche du film est certainement l’anneau annoncé par le titre du film. Il s’agit d’un objet magique.

  1. Décrivez le paysage en arrière-plan dans ces deux images. Quelle différence faites-vous avec le temps dans le tableau de Botticelli ?

Dans ces deux images, le paysage en arrière-plan est similaire : on distingue une forte présence des nuages, ainsi que des rochers. Dans l’affiche du film, on aperçoit à l’arrière-plan une tour. Les nuages tourmentées créent une ambiance surnaturelle et semblent préfigurer des événements épiques.

  1. Y a-t-il des éléments qui rappellent un univers familier et quotidien ?

Il n’y a aucun élément dans ces deux images qui rappelle un univers familier et quotidien. On est dans un monde merveilleux et d’inspiration médiévale.

  1. A votre avis, s’agit-il d’images fantastiques ? Pourquoi ?

Il ne s’agit pas d’images fantastiques, car il n’y a aucun élément rappelant un univers familier ou quotidien, et les créatures surnaturelles représentées, ainsi que les héros, sont tous des personnages de l’univers merveilleux du Moyen-Age, alors qu’un récit fantastique prend toujours racine dans le présent, dans un monde apparemment normal et familier. On est ici dans ce que l’on appelle l’heroic fantasy, un genre de récit merveilleux qui s’inspire fortement du monde médiéval.